Les entreprises repensent leur stratégie infonuagique, alors que la tendance à l’abandon, le « cloud-exit » sous-médiatisé, gagne du terrain.

16 mai 2023

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, a déclaré un jour que « vos marges [de profit] sont mes opportunités ». Si cette déclaration a pu réjouir les consommateurs à la recherche de bas prix sur tous les produits, de l’électronique à l’épicerie, ça commence à sonner comme un signal d’alarme pour les entreprises qui dépendent de services en nuage comme Amazon Web Services (AWS) pour leurs besoins en matière de « cloud computing » (informatique dans les nuages).

AWS affiche une marge bénéficiaire impressionnante de 29 %, ce qui en fait le segment le plus rentable d’Amazon. Mais aujourd’hui, la tendance au « Cloud Exit » pourrait bien faire tourner cette citation contre M. Bezos.

Le cloud, dont j’ai toujours dit qu’il s’agissait de la location des ordinateurs de quelqu’un d’autre, est devenu un élément essentiel des infrastructures de nombreuses entreprises, mais les risques liés à la dépendance à l’égard de fournisseurs tiers de stockage de données et d’informatique deviennent de plus en plus évidents.

La prévalence croissante des cyberattaques et des violations de données, ainsi que les préoccupations relatives à la sécurité et au contrôle des données, incitent certaines entreprises à repenser leur stratégie en matière d’informatique dans le nuage.

Alors que le monde devient de plus en plus dépendant des technologies numériques, les enjeux sont plus importants que jamais.

Lorsque j’ai rejoint nSpek, j’ai réalisé que la plupart de nos concurrents offraient des services basés sur le cloud. Et c’est correct si votre industrie vous permet de stocker vos données dans un environnement non réglementé, et si vous n’êtes jamais déconnecté de l’internet. La plupart de nos clients d’entreprise ont construit leurs propres serveurs, sur place, pour ces raisons.

« L’opportunité » de Jeff Bezos se transforme-t-elle en nuage sombre pour les entreprises ? Seul l’avenir nous le dira, mais les retombées potentielles pourraient être catastrophiques pour ceux qui ne tiennent pas compte des signes avertisseurs. Alors que de plus en plus d’entreprises sont confrontées aux avantages et aux inconvénients de l’informatique en nuage, le débat sur la meilleure façon de procéder ne manquera pas de s’intensifier.



Et comme ce sujet n’est pas de ma spécialité, j’ai posé quelques questions à l’un de mes collègues :

« Comment voyez-vous l’évolution du secteur de l’informatique en nuage dans les cinq à dix prochaines années ? Y a-t-il des tendances ou des technologies émergentes qui vous enthousiasment particulièrement ? »

Je pense que, d’une manière générale, le secteur de l’informatique en nuage est arrivé à maturité, les services en nuage servant désormais de boîte à outils pour la gestion, le déploiement et la mise à l’échelle des ressources. Si les technologies dans ce domaine se sont quelque peu stabilisées ces dernières années, des améliorations sont encore possibles dans des cas d’utilisation plus spécifiques. L’un des principaux avantages des services en nuage est l’obtention d’avantages spécifiques qui ne sont généralement pas disponibles sur site et qui peuvent grandement profiter à certains cas d’utilisation, notamment en matière de maintenance, d’audit de l’infrastructure, de gestion des pics d’utilisation et de ressources à la demande/payées à l’utilisation.

Bien que de nombreuses technologies intéressantes émergent, beaucoup d’entre elles ne relèvent généralement pas du domaine de l’informatique en nuage. Cependant, tous les nouveaux outils qui aident à gérer les ressources sans nécessiter une compréhension du matériel sous-jacent ou qui suppriment des couches entières de complexité sont les plus intéressants, bien qu’ils se fassent souvent au détriment de la flexibilité. J’espère qu’au fur et à mesure que les entreprises reconnaîtront qu’il n’est pas financièrement judicieux de se lancer totalement dans le cloud computing, elles opteront pour des solutions hybrides qui leur permettront de tirer parti d’outils spécifiques fournis par le cloud computing. En outre, si certains outils sont déjà disponibles sur site, un plus grand nombre d’options peut rendre la mise en œuvre hybride plus souple et plus transparente.

« Pouvez-vous nous donner des exemples précis d’entreprises qui ont subi des conséquences négatives en s’appuyant sur des fournisseurs de cloud tiers tels qu’AWS ? Quelles leçons peut-on tirer de ces cas ? »

D’après ce que j’ai vu, les entreprises qui ont subi des conséquences négatives n’ont généralement pas fait une bonne analyse de rentabilité de leur infrastructure. Il n’est pas facile d’évaluer le coût de l’exécution d’un projet dans le nuage, car il faut bien comprendre l’utilisation de chaque service et prendre des décisions sur ce qui est le plus rentable.

Si vous migrez d’un système sur site vers un système en nuage, vous devez tenir compte de l’équivalent en nuage, du coût de fonctionnement, de maintenance et d’assistance de votre infrastructure, tant en termes de temps que de coûts. Devez-vous changer la mise en œuvre de votre projet pour l’informatique dématérialisée afin d’économiser de l’argent ? Le surcroît de complexité de l’infrastructure, et donc de maintenance, en vaut-il la peine ?

Si vous utilisez déjà des services en nuage et estimez que le prix est trop élevé, le personnel nécessaire à la maintenance et à l’audit de cette infrastructure l’emporte-t-il sur le coût ? Ce personnel est-il réellement disponible ? Si les services en nuage fournissent d’excellents outils pour comprendre l’utilisation, si vous utilisez des outils spécifiques au nuage, demandez-vous également si vous devez prendre en compte le temps de développement pour soutenir le déploiement sur site.

« Quels sont les principaux risques et défis associés à l’informatique dématérialisée et comment les entreprises peuvent-elles les atténuer efficacement ?

À mon avis, le plus grand risque associé au cloud computing est de ne pas prendre le temps de faire une bonne analyse de rentabilité pour les environnements de production. C’est un point que j’ai déjà mentionné. Un autre facteur à prendre en compte est que pour promouvoir l’utilisation du cloud, vos équipes doivent réellement l’utiliser. Mon expérience actuelle du cloud hybride est loin d’être transparente si l’on considère l’ensemble d’un projet. Par exemple, si votre environnement de test se trouve également dans le nuage, votre infrastructure pourrait en avoir besoin, ce que vous devriez prendre en compte dans le coût du projet.

La plupart des développeurs devront expérimenter des services dans le nuage au cours du développement. Bien que des crédits soient disponibles pour les services en nuage, ils finissent toujours par être considérés comme un coût supplémentaire. Le fait de payer à l’utilisation plutôt qu’au serveur permet souvent d’évoluer de manière difficilement prévisible, et les entreprises doivent s’assurer que les employés ont suffisamment de formation et d’expérience technique avec leurs outils pour encourager l’adoption de l’informatique dématérialisée. Sur site, vous pouvez généralement lancer une nouvelle machine virtuelle et la licence requise sera probablement déjà disponible, ce qui rend les choses plus prévisibles.

Comment voyez-vous les préoccupations en matière de sécurité et de contrôle façonner l’avenir du secteur de l’informatique en nuage ? Existe-t-il des technologies ou des stratégies particulièrement prometteuses pour répondre à ces préoccupations ?

En ce qui concerne les préoccupations liées à la sécurité et au contrôle qui façonneront l’avenir du secteur du cloud computing, il est important de noter que la plupart des outils sont disponibles aujourd’hui, mais qu’il appartient aux professionnels de l’informatique de mettre en place les bons processus afin d’éviter les erreurs. Par exemple, un examen par les pairs pendant le développement et une équipe d’assurance qualité qui teste les fonctionnalités peuvent améliorer les mesures de sécurité. Cela s’applique également à l’infrastructure de sécurité du cloud, dont la mise en œuvre doit être revue régulièrement et qui doit faire l’objet d’audits conformément aux normes de sécurité.

Dans quelle mesure pensez-vous que les médias ont la responsabilité de rendre compte de tendances telles que l’abandon des services en nuage par les entreprises ? Comment la couverture médiatique de ces tendances peut-elle avoir un impact sur le secteur dans son ensemble ?

En ce qui concerne la responsabilité des médias de rendre compte de tendances telles que l’abandon des services en nuage par les entreprises, la couverture médiatique peut aider les entreprises à prendre des décisions éclairées sur la question de savoir si leurs efforts sont suffisants pour répondre à leurs besoins. En outre, la couverture médiatique de ces tendances peut nous rappeler que la sécurité n’est pas seulement une norme, mais une nécessité, car des failles peuvent survenir à tout moment. Ne pas agir augmente la probabilité d’être pris au dépourvu, même si une entreprise n’a jamais été victime d’un tel vol.

  • 505, rue Bélanger, bureau 209 Montréal, Québec
    H2S 1G5, Canada
  • T : +1 (514) 271-2779
  • Sans frais : +1 (877) 271-2779
Membre de :
Politique de confidentialités

Site web créé par Rouillier.ca